Clovis HESTEAU (?-?)
Ô vive et sainte flamme…
Paris, Abel L’Angelier, 1578.

«««

textes de
Hes­teau

»»»


«««

ana­phore de
« ô »
(vers 1-12)

»»»


«««

imi­ta­tion de
O passi sparsi…

»»»


«««

imi­ta­tion de
O viva fiamma…

 

O viue & sainte flame, ô mes soupirs ardans,
O miserable dueil, ô folle outrecuidance,
O pensers denuez de leur longue esperance,
O traits qui dans mon cueur deuenez plus cuisans:

O diuines beautez sources de mes tourmens,
O beaux desirs vainqueurs de ma ieune constance,
O bel astre ascendant de ma triste naissance,
O sœurs qui deuidez le fillet de mes ans:

O fleuues, ô forests, ô desers, ô fontaines,
O beaux lieux ou iadis ie soulageay mes peines,
O Mirthes, ô Lauriers, ô gracieux appas:

O Manes qui errez parmy l’ombre eternelle,
Si quelque souuenir reste apres le trespas,
Au moins prenez pitié de ma douleur cruelle.

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

O viue & sainte flame, ô mes soupirs ardans,
O miserable dueil, ô folle outrecuidance,
O pensers denuez de leur longue esperance,
O traits qui dans mon cueur deuenez plus cuisans:

O diuines beautez sources de mes tourmens,
O beaux desirs vainqueurs de ma ieune constance,
O bel astre ascendant de ma triste naissance,
O sœurs qui deuidez le fillet de mes ans:

O fleuues, ô forests, ô desers, ô fontaines,
O beaux lieux ou iadis ie soulageay mes peines,
O Mirthes, ô Lauriers, ô gracieux appas:

O Manes qui errez parmy l’ombre eternelle,
Si quelque souuenir reste apres le trespas,
Au moins prenez pitié de ma douleur cruelle.

 

En ligne le 12/09/20.
Dernière révision le 13/09/20.