««« as­tre »»»

« astres » ou « astre » dans :
Phi­lieul
1548 [1555]
~ La mer n’a point… [strophe 1] (Canz., 237)
Du Bellay
1549
~ Qui a nom­bré…
1550
~ Quand la fureur…
Tyard
1549
~ Heureux le mois…
Ron­sard
1552
~ Par un des­tin…
~ Un chaste feu…
~ Plutôt le bal…
~ Ce ris plus doux…
~ Le feu jumeau…
Magny
1553
~ Entre les flots…
~ Plutôt la mer…
1557
~ Après avoir, PASCHAL…
Tahu­reau
1554 [1870]
~ En quel fleuve aré­neux…
Le Caron
1554
~ Ni les hon­neurs…
Grévin
1561
~ Mon navire s’en va…
Buttet
1561
~ Tu as ce crin…
~ Toujours ne sera d’or…
~ Quand le clair ciel…
Jo­delle
1574
~ Des astres, des forêts…
Jamyn
1575
~ Ô beaux che­veux…
de Brach
1576
~ Aimée, enfin…
Le Saulx
1577
~ Plutôt de l’Uni­vers… (Th., 123)
Hes­teau
1578
~ Ô vive et sainte flamme…
Le Loyer
1579
~ Sous un voile mor­tel…
Cour­tin
1581
~ Il était jour…
~ Ô doux pro­pos…
~ Rien ne me plaît…
La Jessée
1583
~ Ma Nymphe a les yeux verts…
Blan­chon
1583
~ Le Printemps gra­cieux… [strophe 9]
Cornu
1583
~ Plutôt du ciel astré…
Bi­rague
1585
~ Toujours, toujours, hélas…
Du Monin
1585
~ De Jupin, Mars, Phé­bus…
~ Le ruis­seau cha­mar­rant…
Bris­set
1589
~ Plutôt, plu­tôt la mer…
Poupo
1590
~ Il n’y a pas au bord…
Louven­court
1595
~ Baisers doux, et mignards…
Guy de Tours
1598 [1878]
~ Ô cheveux, doux liens…
Angot
1603
~ Ni l’Hiver refroi­di…
Malde­ghem
1606
~ Tout ani­mal… (Canz., 22)
~ Tant d’ani­maux… (Canz., 237)
Claude Gar­nier
1609
~ Que de conten­te­ments !…
~ Tant d’Astres clairs…
~ Devant que l’attrait bel­liqueur…
d’Aubi­gné
[1874]
~ Veillants, aigus, sub­tils…

~#~














¶ « L’astre qui plus luit [sur] le bas cercle » (Du Bellay), « L’astre nuital » (Cornu) : la Lune.
 
¶ les « deux astres jumeaux » guidant le navi­ga­teur (Grévin) : aussi bien Castor et Pollux que les yeux de l’aimée.
 
¶ « l’Astre le plus chaud » (Cl. Garnier) : le Soleil.
 

Astre. Fatal, lui­sant, cé­leste, ra­dieux, flam­boyant, éthé­ré, va­ga­bond, éclai­rant, ro­si­neux, clair, ar­dent, in­signe, fi­ché, tré­lui­sant, conju­ré, in­domp­table, res­plen­dis­sant, nui­tal, irri­té, fa­vo­rable, rou­soyant, in­ju­rieux, éle­vé, bril­lant, noc­turne, pro­di­gieux, trem­blo­tant, étoi­lé, pé­til­lant, su­blime, pré­sa­gieux, étin­ce­lant, heu­reux, ou mal­heu­reux.

Les Mathé­ma­ti­ciens disent l’heur et mal­heur des hommes dépendre de l’in­flu­ence des Astres : Mais le Chré­tien con­fesse que ce monde est gou­ver­né par la seule pro­vi­dence de Dieu.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 25r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_56]
(texte modernisé).

[Astrée. Influence.]

[Astres jume­lets. Yeux.]

[Astronomique. Pré­sage.]

[Maître des astres. Soleil.]

[Père des astres. Phébus.]

[Voir aussi désastre.]


 

«««  #  »»»

Astre. Fatal, lui­sant, ce­leste, ra­dieus, flam­boiant, æthe­ré, va­ga­bond, esclai­rant, ro­si­neus, clair, ar­dent, in­signe, fi­ché, tre­lui­sant, con­iu­ré, in­dom­table, res­plen­dis­sant, nui­tal, irri­té, fa­uo­rable, rou­soiant, in­iu­rieus, esle­ué, bril­lant, noc­turne, pro­di­gieus, trem­blo­tant, estoille [sic : lire estoil­lé ?], pe­til­lant, su­blime, pre­sa­gieus, estin­ce­lant, heu­reus, ou mal­heu­reus.

Les Mathe­ma­ti­ciens disent l’heur & mal­heur des hommes dependre de l’in­flu­ence des Astres : Mais le Chres­tien con­fesse que ce monde est gou­uer­né par la seule pro­ui­dence de Dieu.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 25r° [Gallica, NUMM-50715, PDF_56]
(texte original).

[Astree. Influence.]

[Astres iumelets. Ieux.]

[Astronomique. Pre­sage.]

[Maistre des astres. Soleil.]

[Pere des astres. Phœbus.]

[Voir aussi desastre.]