Description des éditions anciennes d’où sont extraits les poèmes en ligne
 

Œuvres de
Buttet
sur Gallica :

1561

Le premier livre des Vers

1575

L’Amalthée, revue et augmentée

*

Le premier livre des Vers, Paris, 1561.

LE PREMIER / LIVRE DES VERS DE / marc clavde de bvttet / savoisien. / dedie´ / a tresillvstre princesse / margverite de france / dvchesse de savoie / et de berri. / avqvel a este´ aiovte´ le second / ensemble l’amalthe´e. / […] / a paris, / De l’imprimerie de Michel Fezandat au / mont S.Hilaire à l’hostel d’Albret. / 1561. / avec privilege dv roy.

[gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k117181s]
[NUMM-117181] [PDF_1_251 / 3,4 Mo]

Les fichiers PDF télé­char­gés comprennent une page de titre et une page spéci­fiant les condi­tions d’uti­li­sa­tion des conte­nus de Gallica. Dans la numé­ro­ta­tion ci-dessous des pages PDF, il n’est pas tenu compte de ces deux pages ini­tiales.

[0] Pages liminaires [f° 1r°v° =PDF_3_4] [une page de titre et un sonnet aux Muses]

[1] Le premier livre des Vers de Marc Claude de Buttet. [25 odes] [ff. 2r°-36r° =PDF_5_73]

[2] Le second livre des Vers de Marc Claude de Buttet Savoisien. [31 odes] [ff. 36v°-75r° =PDF_74_151]

[23] À une vieille. Ode XXIII. [f° 67r°v° =PDF_135_136]

[067] [2] [3] [PDF_136] adynata :
Plutôt sera l’aigle en l’onde…

[3] L’Amalthée de Marc Claude de Buttet, Savoisien. [sonnets] [ff. 75v°-110r° =PDF_152_222]

[0] [pages liminaires] [ff. 75v°-76v° =PDF_152_154]

[1] L’Amalthée. Sonnets. [ff. 77r°-109r° =PDF_155_220]

[0079] [1] [1] [PDF_159] portrait :
De quel rosier, et de quelles épines…

[0079] [2] [1] [PDF_160] matineuse :
Jà le matin qui l’univers redore…

[0079] [2] [2] [PDF_160] portrait :
Et ces beaux yeux, et cette aubine joue…

[0081] [2] [1] [PDF_164] La nouvelle Pandore :
Tu as ce crin à Phébus dérobé…

[0085] [1] [1] [PDF_171] adynata :
Un lourd esprit n’a jamais connaissance…

[0090] [1] [1] [PDF_181] vers rapportés (armes de l’Amour) :
Trait, flamme, et lacs d’amour, ne point, ne brûle, et lace…

[0095] [1] [1] [PDF_191] carpe diem :
Toujours ne sera d’or ton poil qui s’entrelace…

[0095] [2] [1] [PDF_192] adynata :
Il me souvient (si tu ne m’as ôtée…

[0100] [2] [1] [PDF_203] portrait :
Ô blonds cheveux qui privez l’or de gloire…

[0104] [1] [2] [PDF_210] adynata :
Tu pourras bien en deuil me consumer…

[0104] [2] [1] [PDF_211] songe :
Il était nuit, et dormant pensais être…

[0107] [1] [2] [PDF_216] adynata :
Quand le clair ciel sera l’obscure terre…

[2] G. Altarius ad M. C. Buttetum. [Guillaume Des Autels à M. C. de Buttet] [ff. 109v°-110r° =PDF_221_222]

[4] Épithalame aux noces d’Emmanuel Philibert Duc de Savoie et de Marguerite de France, Duchesse de Berry. [ff. 110v°-120r° =PDF_223_242]

[5] [pages finales] [n.p. =PDF_243_251]

Le recueil s’achève par une adresse de l’auteur au lecteur, une liste des "fautes commises en l’impression du présent livre", et un extrait du Privilège du Roi.



En ligne le 02/11/08.
Dernière révision le 07/03/20.


*

L’Amalthée, revue et augmentée, Lyon, 1575.

L’AMALTHE´E / DE MARC CLAVDE / de bvttet gentil- / homme sa- / voisien. / novvellement par lvi / reveve, mise en son ordre, et / de la meillevre part / avgmentee. / κερασ αμαλτειασ / […] / a lyon, / par benoist rigavd. / m. d. lxxv. / avec permission.

[gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k15274919]
[NUMM-1527491] [PDF_1_213 / 58,8 Mo]

Les fichiers PDF télé­char­gés comprennent une page de titre et une page spéci­fiant les condi­tions d’uti­li­sa­tion des conte­nus de Gallica. Dans la numé­ro­ta­tion ci-dessous des pages PDF, il n’est pas tenu compte de ces deux pages ini­tiales.

[0] Pages liminaires [pp. 1-10 =PDF_13_22]

Les pages liminaires comprennent une page de titre [p. 1 =PDF_13] ; un sizain signé de la devise « Virtu­tis sumus invi­dia « [p. 2 =PDF_14] ; une épître en prose, « Louis de Riche­vaux, au lecteur », datée de Lyon le 10 septembre 1574 et signée de la même devise [pp. 3-8 =PDF_15_20] ; deux poèmes de Dorat, compo­sés de trois distiques grecs et de trois distiques latins [pp. 9-10 =PDF_21_22].

[1] L’Amalthée de M. C. de Buttet. [sonnets] [pp. 11-171 =PDF_23_183]

[031] [2] [PDF_43] innombrables :
On ne voit point par la voûte du ciel…

[143] [2] [PDF_155] innombrables :
Jamais ne vint par la voûte étoilée…

« L’Amalthée » s’achève par un distique latin rappor­té de Jean de La Jessée [p. 171 =PDF_183].

[2] Hymne de Vénus à Pierre de Ronsard, imita­tion de Marulle. [pp. 172-176 =PDF_184_188]

[3] [pages finales : poèmes post-liminaires, table et liste de fautes à corri­ger] [pp. 176-190 =PDF_188_202]



En ligne le 13/03/20.
Dernière révision le 27/11/20.