««« peu­plier »»»

« peu­plier » dans :
Certon
1620
~ Sous ce large peu­plier…

~#~














 

Peuplier. Grap­pu, lar­meux, ri­va­ger, feuil­lu, blanc, gom­meux, li­byque, co­ton­neux, haut, bi­gar­ré, fron­doyant, azu­ré.

Il y a trois sortes de Peu­pliers, tous les­quels portent un fruit reti­rant aux grappes de rai­sins, qui au dedans est plein d’une cer­taine bourre blanche, et (ain­si qu’écrit Dios­co­ride) bu avec vinaigre, est bon à ceux qui ont le haut mal. Le Peu­plier blanc est vert des­sus, et blanc des­sous, et a au-dessous un cer­tain coton sur la feuille. Cet arbre aime le rivage des fleuves, et jette des larmes jaunes, qu’au­cuns disent se conver­tir en Ambre.

Maurice de LA PORTE, Les Épithètes, 1571,
f° 202v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_411]
(texte modernisé).

[Voir aussi buis, châ­tai­gnier, chêne, cor­mier, cyprès, fau, fou­teau ou hêtre, frêne, houx, lau­rier, myrte, noyer, oli­vier, oran­ger, orme, palme ou pal­mier, pin, sa­pin, saule…]


 

«««  #  »»»

Peuplier. Grap­pu, lar­meus, ri­ua­ger, fueil­lu, blanc, gom­meus, li­byque, cot­ton­neus, haut, bi­gar­ré, fron­doiant, azu­ré.

Il y a trois sortes de Peu­pliers, tous les­quels portent vn fruit reti­rant aux grappes de rai­sins, qui au dedans est plein d’vne cer­taine bourre blanche, & (ain­si qu’escrit Dios­co­ride) beu auec vinaigre, est bon à ceux qui ont le haut mal. Le Peu­plier blanc est verd des­sus, & blanc des­sous, & a au des­sous vn cer­tain cot­ton sur la fueille. Cet arbre aime le riuage des fleuues, & iette des larmes iaunes, qu’au­cuns disent se conuer­tir en Ambre.

Maurice de LA PORTE, Les Epithetes, 1571,
f° 202v° [Gallica, NUMM-50715, PDF_411]
(texte original).

[Voir aussi buys, chas­tai­gnier, chesne, cor­mier, cy­prés, fau, fou­teau ou hestre, fresne, houx, lau­rier, myrte, noier, oli­uier, oran­ger, orme, palme ou pal­mier, pin, sa­pin, saulle…]