Pierre de RONSARD (1524-1585)
Le printemps n’a point…
Paris, Vincent Sertenas, 1556.

«««

textes de
Ron­sard

»»»


«««

dispo­si­tion du
pré­am­bule
(vers 1-10)

»»»


«««

»»»


«««

propos :
les dou­leurs
de l’amant

»»»

ouvrir sur Gallica : Chanson, f° 7r°.

LE printemps n’à point tant de fleurs,
L’Autonne tant de raisins meurs,
L’esté tant de chaleurs halees,
L’yuer n’à point tant de gelees,
Ni la mer n’à tant de poissons,
Ni la Secile de moissons,
Ni l’Afrique n’à tant d’Arenes,
Ni le mont d’Ide de fonteines,
Ni la nuict tant de clairs flambeaux,
Ni les forestz tant de rameaux,
Que ie porte au cueur, ma maitresse,
Pour vous de peine & de tristesse.

 
 

On peut cliquer sur certains mots pour voir les épithètes de Maurice de La Porte
 
 

LE printemps n’à point tant de fleurs,
L’Autonne tant de raisins meurs,
L’esté tant de chaleurs halees,
L’yuer n’à point tant de gelees,
Ni la mer n’à tant de poissons,
Ni la Secile de moissons,
Ni l’Afrique n’à tant d’Arenes,
Ni le mont d’Ide de fonteines,
Ni la nuict tant de clairs flambeaux,
Ni les forestz tant de rameaux,
Que ie porte au cueur, ma maitresse,
Pour vous de peine & de tristesse.

 
 

 

Version de 1557 en ligne le 01/04/05,
remplacée par celle de 1556 le 18/10/20.
Dernière révision le 18/10/20.